Fêtes et amuse-bouche

Il est difficile de nier le succès rencontré par le Sauvignon Blanc. Par ailleurs, il s’accorde avec  de nombreux mets, ce qui en fait un vin parfait à servir durant les fêtes ! Il s’associe aisément avec les poissons, les viandes blanches, les plats salés, les tomates mais aussi avec de nombreux ingrédients qui rentrent dans la confection d’amuse-bouche comme la feta ou le fromage de chèvre. Le choix le plus subtil de Sauvignon Blanc serait un Sancerre ou un Pouilly-Fumé, ceux de Bordeaux ou d’Afrique du Sud sont généralement un peu plus complexes, alors que ceux de Nouvelle-Zélande ou du Chili sont plus corsés. Un rosé sec et/ou un Beaujolais sont aussi d’excellents vins festifs car ils s’accordent avec des plats très différents, dont la charcuterie. Si vous avez à choisir un vin effervescent, je recommande toujours le crémant, qui possède un bon rapport qualité-prix et offre des arômes toastés et de noisettes que l’on peut retrouver dans les autres vins effervescents mais avec des bulles plus fines. Il accompagne parfaitement les petits fours qui circulent auprès des invités.

Entrées

Une des plus élégantes entrées à savourer en temps de fête reste probablement le saumon fumé. Le vin le plus élégant pour l’accompagner est le Chardonnay. Naturellement, cela peut être aussi un frais et vibrant Chablis mais aussi un Chablis Premier Cru, si le saumon a un goût fumé très prononcé. Il serait également dommage de passer à côté des Chardonnays de l’Hémisphère Sud, plus particulièrement à côté des Chardonnays Néo-zélandais ou australiens. Autre option, peut-être plus appropriée pour cette période de l’année, un Chardonnay pétillant. Les champagnes Blanc de Blancs dévoilent aussi une belle et naturelle affinité avec le saumon fumé, un Franciacorta Satèn incarne aussi un joli mariage tout comme un vin effervescent anglais Blanc de Blancs qui fonctionne également très bien avec le saumon fumé.

Dinde, coq et/ou végétarien

Il n’est pas rare de déguster lors d’un traditionnel repas de fêtes des volailles et viandes blanches. Typiquement, on accorde alors ces plats festifs et leurs accompagnements avec du vin rouge. Tous les « à-côtés » rentrent alors en jeu dans le choix du nectar qu’il s’agisse de mini-saucisses, de marrons, de farces parfumées, de choux de Bruxelles au lard et châtaignes, de jus de viande ou de gelée de groseilles.

Ces règles d’accords entre mets et vin rouge s’appliquent bien évidemment aussi aux plats végétariens servis en temps de fêtes, à l’instar des champignons, des marrons, du chou rouge, de la betterave, de lentilles ou d’oignons cuits.

L’occasion est alors idéale pour déboucher une bouteille de Pinot Noir. Qu’il s’agisse d’un Bourgogne rouge, d’un Spätburgunder, d’un de ces excellents cépages rouges issus d’Oregon ou du Central Otago, le Pinot Noir reste un vin idéal qui s’accorde avec une grande variété d’accompagnements. Une alternative à ce vin pourrait être un frais et vibrant Syrah du Nouveau Monde, comme celui de Swartland en Afrique du Sud ou un des excellents Syrahs d’Elqui ou d’une autre région du Chili.

Plus méconnue, l’association de ces plats avec un vin sicilien comme l’Etna Rosso. Elaboré principalement à partir de Nerello du Mascalese et parfois de Nerello Cappuccio, ce vin est un peu plus difficile à trouver mais le jeu en vaut la chandelle : ce vin délicieux combine des arômes de Pinot Noir et de Nebbiolo.

Oie

Goûteuse et savoureuse, la viande de l’oie est aussi réputée pour être un peu plus grasse que certaines volailles. Ainsi, lui associer un vin blanc, doté de préférence d’une belle acidité, sera toujours l’accord gagnant. Pensez alors Riesling !

N’importe quel Riesling bien sec se marie à merveille avec une oie aux pommes. Traditionnel, ce plat s’accorde également très bien avec un Spätlese allemand qui sublimera les arômes de pommes servies en accompagnement de l’oie.

Mais bien que le Riesling soit un très bon choix, associer l’oie avec un Barolo – et croyez-moi, formule magique testée et approuvée !- s’avère aussi différent mais excellent.  Ce magnifique et riche Nebbiolo du Piémont aux arômes légèrement terreux s’accorde parfaitement avec la saveur brute de l’oie. En revanche, privilégiez un Barolo un peu âgé, les tannins de ce vin ont besoin de temps pour se développer et s’adoucir.

Fromages

Le plateau de fromages est un véritable terrain miné pour le choix des vins car il y a tant de styles différents de fromages. S’il n’existait qu’un choix de vin possible, j’opterais pour une bouteille de Pinot Gris bien sec. Ceci me conduit alors à évoquer le fait qu’aujourd’hui les mentalités changent et que les amateurs n’associent plus exclusivement fromages et vin rouge ! Naturellement, l’association fromages/vin rouge fonctionne très bien mais je trouve que le mariage fromages/vin blanc reste très intéressant car leur fraîcheur tranche fortement avec leur forte teneur en matière grasse. Les fromages tels que la Feta ou le fromage de chèvre peuvent développer de nouveaux arômes associés à un verre de Sauvignon Blanc vif et léger. En effet, la fraicheur caractéristique du Sauvignon Blanc tranche avec la texture du fromage et s’accorde avec eux de par la pureté de ses arômes. Des fromages fruités, plus âgés ou plus forts en goût comme le comté, le cheddar et le parmesan se marient particulièrement bien avec un Chardonnay, aux tannins souples et saveurs de noisettes.

Contrairement aux idées reçues, les arômes puissants des fromages bleus comme le Stilton ou le Roquefort peuvent parfois jurer avec un vin rouge. En revanche, un vin moelleux comme un Sauternes ou un vin plus confidentiel (mais terriblement exquis) comme le Pacherenc du Vic-Bilh du Sud de la France peut être délicieux avec les fromages bleus. En effet, avec leurs arômes de marmelade et de miel ils contrebalancent bien la puissance des arômes de ces fromages..

« Mince Pies » (Tartelettes), pudding et gâteaux de Noël

Les fruits, abondants et parfois imbibés d’alcool, servis dans les repas de fête accompagnent à merveille un vin chaud maison car les épices des fruits et celui du vin vont s’accorder à la perfection. Ne soyez pas snobs à propos du vin chaud, c’est un classique, populaire et traditionnel breuvage de Noël !

Pour les puristes, de nombreux vins moelleux se marient bien avec les desserts, particulièrement le Rutherglen Muscat. Un vin fortifié de Victoria (Australie) aux tannins fondus est une excellente combinaison avec les puddings car il possède lui-même des arômes de fruits secs mais aussi de succulents arômes de caramel, toffee et miel. Une délicieuse façon de conclure un diner.

Chocolat

Marier le chocolat et le vin varie selon la douceur ou l’acidité du chocolat. Plus le chocolat va être noir et intense, plus un vin de table rouge va s’accorder avec. Les deux vins italiens, Amarone et Brachetto d’Acqui, intensément fruités, se marient parfaitement avec. Si vous désirez servir un vin plus puissant avec le chocolat, optez pour un verre de LBV Port ou un verre de Maury, sublime en accompagnement d’une bûche de Noël. Cependant, le goût du chocolat associé aux arômes toffee, caramel, miel et/ou noix grillée est aussi délicieux comme le prouve l’association réalisée avec un Rutherglen Muscat (Si vous avez des restes de « mince pies » à finir !) ou avec un Palo Cortdao Sherry. D’ailleurs en parlant de Sherry, si le chocolat possède des notes prononcées de vanille, optez alors pour Oloroso Dulce, il incarnera son partenaire idéal.

 

 

Jane Parkinson

Journaliste indépendante et oenologue